Ailleurs ou demain

Lorsque Graciane se réveilla ce matin là elle avait encore l'odeur de la peau de Gilles sur les mains.  Elle enfila son peignoir et descendit sans bruit faire du café. Il avait plu dans la nuit et l'aube était moite comme toujours après un orage. Elle ferma bien la porte afin que le moulin à café ne réveille pas Gilles encore endormi. La semaine avait été dure.
Peu à peu la fragrance savoureuse des grains d'arabica torréfié envahit la petite cuisine. Graciane prépara un filtre et fit bouillir de l'eau. Lorsque le goutte à goutte commença son clapotis familier, elle sortit sur la petite terrasse et s'étira puis se frotta les yeux. Quelle drôle de nuit, drôle de soirée, drôle d'après-midi hier. En ce moment le sol lui semblait tout à coup moins ferme sous ses pieds. C'est ça l'âge mûr ? se demanda-t-elle, perplexe. Ces atermoiements ne lui étaient pas coutumiers.
Elle leva les yeux vers le fil à linge. Des vêtements pendaient qu'elle avait oubliés. Les bleus de travail de Gilles ne seraient peut-être pas secs s'il n'y avait pas de vent aujourd'hui. Quelle poisse! Graciane les décrocha et les remit à l'envers, puis elle revint à la cuisine pour finir de passer le café. Gilles descendait. Il l'embrassa dans le cou et s'assit sur le tabouret.
"Comment va ton pied ?"
"ca va mieux"
"tu as bien dormi ?"
"assez bien oui"
Elle lui sortit un bol et lui versa du café, Gilles coupait du pain, la miche posée contre sa poitrine à la manière des vieux terriens.
"Il n'y a plus de beurre" dit-elle
"ca ne fait rien"
"tes bleus ne sont pas secs"
"ils le seront demain"
"je pense oui"
Graciane resta debout et se remplit un bol brûlant.
"je t'ai préparé une tartine" lui dit Gilles.
Elle la saisit et le remercia d'un sourire.
"Que fais-tu aujourd'hui ?"
"je crois que je vais désherber autour des fruitiers et agrandir un peu le potager."
"je t'aiderai si tu veux"
Au loin la cloche de l'église retentit appelant les fidèles à célébrer le jour du seigneur.
Graciane lava son bol et quitta la cuisine. Elle monta faire sa toilette matinale, s'habilla.
C'est alors qu'elle posa les yeux sur la petite valise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :